Introduction

Les AVC sont la troisième cause de mortalité en France et la première cause de handicap. Chaque année, on compte 120 000 nouveaux cas d'AVC en France. Cette maladie touche autant les hommes que les femmes et 75 % des personnes atteintes ont plus de 65 ans. La rééducation est un élément essentiel de la prise en charge de l'AVC qui a prouvé son efficacité.

Corps

Définition de l’Accident Vasculaire Cérébral

L’accident vasculaire cérébral, ou AVC, se caractérise par une lésion d’une partie du cerveau à la suite de l’obstruction ou de la rupture d’un vaisseau sanguin. L’interruption du flux sanguin, ou l’accumulation de sang lors d’une rupture provoque la destruction des cellules nerveuses dans la région concernée.

Les conséquences de l’AVC varient selon la zone du cerveau touchée et l’ampleur des lésions. Environ 85 % des AVC sont d’origine ischémique (infarctus cérébral) et 15 % d’origine hémorragique (hémorragie cérébrale). Lorsque les symptômes régressent spontanément, on parle d'accident ischémique transitoire (AIT)

Quels sont les symptômes des AVC

Les symptômes de l’AVC apparaissent soudainement :

  • apparition soudaine d'une difficulté à s’exprimer ou à comprendre les autres,
  • une perte de force ou une paralysie d’un côté du visage, d’un bras ou d’une jambe,
  • une perte soudaine de la vue, souvent dans un seul œil,
  • une perte d'équilibre ou de la coordination des mouvements,
  • un mal de tête soudain et violent, sans cause apparente.

L'AVC doit être très rapidement pris en charge médicalement pour limiter des lésions irréversibles et augmenter les chances de récupération.

L'intensité des symptômes observés lors d'un AVC ne permet pas de prévoir l'intensité d'éventuelles séquelles.

Quels sont les facteurs favorisant l’AVC

Il existe plusieurs facteurs de risque d’AVC ou d'AIT :

  • L’âge : le risque d’AVC ou d'AIT augmente avec l’âge,
  • L’hérédité : le risque d’AVC ou d'AIT est plus élevé si un parent a eu un AVC avant l’âge de 65 ans,
  • Les antécédents d’AVC ou d’AIT : on estime que 30 % des personnes ayant eu un AVC ou un AIT connaîtront un autre AVC dans les cinq ans,
  • L’hypertension artérielle non contrôlée par les traitements,
  • Certaines maladies cardiaques, comme la fibrillation auriculaire, favorisent la formation de caillots,
  • Le tabac,
  • Le diabète non contrôlé par des traitements,
  • L’excès de cholestérol,
  • L’absence d'activité physique régulière,
  • La consommation élevée de boissons alcoolisées.

La prise en charge rééducative post AVC

Une fois l'état clinique du patient stabilisé, il est nécessaire de débuter le plus rapidement possible une prise en soins pluridisciplinaire associant kinésithérapie, ergothérapie, et selon les besoins orthophonie ou psychologie. L’objectif est d’entreprendre la rééducation le plus précocement possible.

Le programme de soins personnalisé

Parcours personnalisé

La personne victime d’AVC présente un contexte pathologique complexe. Après une évaluation par chaque professionnel de santé, un projet thérapeutique individualisé est programmé pour chaque patient. Celui-ci va être la ligne directrice de la prise en charge rééducative multidisciplinaire sous la coordination du médecin MPR.

C’est donc dans un cadre spécifique à chaque patient, objectivé par des critères multi-factoriels, que le programme de rééducation est défini, par le MPR (Médecine Physique et Réadaptation) en s’appuyant sur une équipe pluridisciplinaire.

La rééducation individuelle est recommandée à tous les stades de la prise en charge, elle doit être programmée et coordonnée, lors du séjour en clinique SSR mais également après le séjour. La rééducation a pour but de récupérer une fonction dans le cadre des séquelles d'un AVC, mais elle permet aussi de lutter contre des attitudes vicieuses et inconfortables pour le patient et d'améliorer sa qualité de vie.

A sa sortie de l'établissement, la lettre de liaison détaillant tout le séjour du patient est adressée aux professionnels de ville permettant le suivi du patient et la poursuite de sa prise en charge en externe.

Prise en charge multidisciplinaire avec une rééducation quotidienne

La rééducation

La rééducation est assurée par l’équipe pluridisciplinaire et soutenue par l’équipe de soins formée à la neurologie et aux troubles apparentés.

L’évaluation et la prise en charge médicale sont assurées par le Médecin MPR, il s’appuie sur différents thérapeutes :

  • Le kinésithérapeute prend en charge les troubles du mouvement et de la motricité de la personne et travaille avec le patient à améliorer les déficiences ou rétablir la fonction,
  • Les ergothérapeutes ont pour objectif de maintenir ou de restaurer les activités humaines du patient de manière sécurisée, autonome et efficace,
  • L’APA, par des activités physiques adaptées, des activités sportives ou artistiques, potentialise la prise en  charge rééducative, de réadaptation, d'éducation ou de prévention du patient,
  • L’orthophoniste traite les troubles de l'attention et les troubles cognitifs séquellaires,
  • Le neuropsychologue prend en charge la rééducation des troubles cognitifs et des troubles comportementaux,
  • Le psychologue accompagne le patient dans le handicap physique et cognitif,
  • Les diététiciens traitent les troubles nutritionnels,
  • Le service social mesure les enjeux économiques du patient et prépare le retour domicile ou le devenir du patient en cas d'impossibilité de retour à domicile,
  • Les infirmiers et les aides-soignantes, en lien permanent avec les médecins et l'équipe de rééducation pour poursuivre le travail effectué en rééducation dans le service de soins,
  • Cette prise en charge spécialisée se complète par celle de toutes les co-morbidités associées (diabète, HTA, troubles trophiques, dénutrition, dépression…).

L’appareillage

Certains de nos établissements réalisent l’appareillage ou travaillent en collaboration avec des centres de référence régionale en appareillage :

  • pour les membres inférieurs (cuisse et jambe) : tout type de prothèse,
  • pour les membres supérieurs : prothèse mécanique,
  • pour la réalisation de prothèses myoélectriques de bras.

tests-post-avc.jpg

Les actions de prévention

  • Une prévention primaire est assurée auprès du patient et de l’entourage,
  • La prévention secondaire est assurée pour lutter contre les facteurs de risque.

Nos cliniques SSR neurologiques travaillent à la bonne gestion de l’anticoagulation, de l’hypertension artérielle, du diabète, du sevrage tabagique, de la gestion du surpoids, de la reprise de l’activité physique. Des programmes d'éducation thérapeutique ou d'éducation à la santé sont proposés au patient afin que celui-ci devienne un véritable acteur de sa santé.

  • La prévention tertiaire consiste à prévenir les complications inhérentes à l’AVC qui peuvent générer des sur-handicaps. Elle est assurée par des suivis réguliers lors de consultations et ou de réévaluations, au sein de la clinique.
Trouvez une clinique SSR dans votre région
 

Les ateliers d’éducation thérapeutique (ETP)

L’éducation thérapeutique du patient et de son entourage s’adapte au projet du patient afin de lui permettre d’acquérir des compétences de prévention et de rééducation motrice (automobilisation, pratique de la marche, etc.).

L’ETP fait partie intégrante du projet de rééducation post AVC. Elle est définie dès le début de la prise en charge afin d’en optimiser et d’en pérenniser les résultats. Lorsque cela est possible, elle associe les aidants naturels du patient afin de l’accompagner et le stimuler dans l’auto-prise en charge.

tnm-post-avc

Les méthodes de rééducation de la fonction motrice

La rééducation manuelle individuelle

La rééducation manuelle implique des mobilisations actives et passives en séance individuelle avec le kinésithérapeute. Elle favorise le contrôle moteur, une amélioration du tonus musculaire et la diminution des déficits sensitifs et du handicap.

L’activité physique et programme d’exercices gymniques

L'activité physique est recommandée pour lutter contre le déconditionnement cardio-respiratoire, améliorer l’adaptation à l’effort, l’état physique et l’indépendance fonctionnelle du patient.

Le renforcement musculaire

Le renforcement musculaire est recommandé pour améliorer la force musculaire du patient durant la phase chronique de l’AVC. Une rééducation intensive et un temps d’exercices adapté aura un impact favorable sur les performances de la marche et sur la préhension en cas d'atteinte du membre supérieur.

La rééducation de la posture et de l’équilibre

La pratique des exercices d’équilibre et de techniques visent à améliorer la distribution du poids du corps vers le côté atteint par l’AVC.

La marche

La rééducation de la marche avec ou sans port d’orthèses permet d'améliorer la stabilité de la marche et l’indépendance dans les déplacements, en cas d’insuffisance de la commande motrice.

La rééducation de la marche peut impliquer un appareillage du patient pour compenser une déficience non récupérable.

Celui-ci nécessite un apprentissage avec éducation du patient, une rééducation en parallèle de cet appareillage, et un suivi au long cours.

La reprise de la marche peut nécessiter des aides techniques. Celles-ci sont régulièrement réévaluées en fonction des progrès du patient dans sa rééducation et à la marche, et seront également évaluées au domicile du patient pour vérifier leur compatibilité dans l'environnement du patient.

La rééducation post AVC combine un ensemble de méthodes et d’activités qui visent à la récupération motrice du patient. Plus elle est intensive et suivie, meilleures sont les chances de retrouver une motricité satisfaisante chez le patient.

Les plateaux techniques de rééducation

Salles, équipements, et appareillages

Nos établissements sont dotés de plateaux techniques complets adaptés aux différentes prises en charge :

  • salles de kinésithérapie,
  • un plateau de rééducation neurologique,
  • un cabinet d'orthophonie,
  • un espace d'ergothérapie,
  • une salle d'isocinétisme (bilan de force),
  • une salle d'appareillage,
  • des cabinets de consultation.

Certains centres disposent d’un espace de balnéothérapie, de piscines fonctionnant à l'eau thermale.

Les plateaux sont adaptés aux exercices de rééducation 

  • L’entraînement des membres supérieurs par robot pour améliorer la motricité,
  • L’entraînement de la marche après analyse de la marche,
  • L’entraînement électro-mécanique de la marche associé à la kinésithérapie,
  • Électrothérapie : électro-stimulation, stimulation électrique fonctionnelle.

Un plateau technique neurologique très spécialisé

En neurologie, l’intensité de la rééducation est un élément clé de la rééducation avec une répétition de la tâche. Nos établissements disposent de machines qui démultiplient et prolongent le travail de l’équipe. L'utilisation de ces appareils est réalisée après une prescription de rééducation s'intégrant dans le projet de soins du patient et après aval de l'équipe pluridisciplinaire

Des outils robotiques de pointe // des appareils de haute qualité

Utilisation d’appareils robotiques performants qui sont des assistants à la rééducation neurologique. Utilisés avec l’appui du kinésithérapeute, ils permettent notamment de travailler la plasticité cérébrale.

  • Lokomat > travailler la marche,
  • L’arméo power > travailler les membres supérieurs,
  • L’exo squelette en partie mécanisée > reprise de mouvement et réutilisation des membres handicapés.

Un appartement thérapeutique

Un appartement thérapeutique de mise en situation qui reproduit le domicile du patient et qui lui permet de tester les gestes du quotidien. Il met le patient en situation dans les actes de la vie quotidienne et valide la possibilité de retour à domicile du patient. Il permet également de définir les besoins d'aménagement du domicile du patient pour rendre celui-ci autonome dans son environnement malgré ses déficiences

Un simulateur de conduite

Le simulateur de conduite permet de tester la capacité du patient à la conduite.

La reprise de la conduite automobile commence par un bilan neuro-psychologique pour évaluer toutes les compétences cognitives du patient (mémoire, réactivité, intégration d’information).

Le patient est mis en situation avec un simulateur de conduite pour tester sa capacité de freinage, de conduite et sa gestion des situation d’urgence.

L’activité physique adaptée dans la prise en charge des AVC

L'entrainement à l’effort et une adaptation de l’Activité Physique Adaptée avec des préparateurs APA est un volet important de la prise en charge. Elle fait partie des traitements non médicamenteux des suites d’un accident vasculaire cérébral (AVC). La pratique régulière d’une activité physique contribue à une meilleure maîtrise de la pression artérielle et aide les patients à surmonter les éventuelles séquelles neuromotrices (paralysies).

Dans les établissements Korian, ces disciplines sont assurées par des professionnels de santé formés à la pratique du sport santé. Ils sont chargés de définir des protocoles de remise en forme et d’entraînement adaptés à chaque patient, en lien avec l'équipe pluridisciplinaire et après définition du projet thérapeutique individualisé.

Plus d'articles