Introduction

Hébergement alternatif à l’accueil en EHPAD, la résidence autonomie (ex logements-foyer) offre un cadre de vie sécurisé et confortable aux personnes âgées. Permettant de bénéficier d’un logement privatif tout en profitant de services collectifs et d’un environnement social riche, la résidence séduit de plus en plus les seniors. 

Corps

Définition de la résidence autonomie

Une résidence autonomie est un ensemble de logements individuels associés à des services et espaces collectifs destinés aux personnes âgées. Gérée par des structures publiques, elle est souvent à visée sociale et implantée à proximité des commerces et transports avec une grande ouverture sur l’extérieur.

Les spécificités de la résidence autonomie

La résidence autonomie (ex logements-foyer) n’est pas à confondre avec la résidence senior, même si les deux accueillent des personnes âgées. Alors que la première possède des gestionnaires publics ou associatifs, et est encadrée par la réglementation médico-sociale (catégorie des établissements et services sociaux), la seconde est le plus souvent gérée par des organismes privés répondant à une demande de confort et de bien-être pour les personnes âgées. 

A qui s’adressent les résidences autonomie ?

Les résidences autonomie s’adressent aux personnes âgées autonomes, seules ou en couple, désirant quitter leur domicile pour un hébergement alternatif quand elles ne peuvent, ou ne veulent plus y vivre. Elles peuvent ainsi intégrer un environnement sécurisé à loyer modéré tout en conservant leur indépendance et en profitant des services collectifs.

salle de sport résidence autonomie

Non médicalisée, la résidence autonomie n’est pas à destination des personnes âgées nécessitant un accompagnement médical constant. Les soins médicaux peuvent cependant être dispensés au domicile privatif de la personne, par des professionnels libéraux, un SSIAD ou une HAD, si l’état de santé de la personne le nécessite.

Quels sont les critères d’admission ?

Les critères d’admission en résidence autonomie (logements-foyer) sont : 
●    avoir un degré d’autonomie évalué à GIR 5 ou 6 sur la grille AGGIR,
●    avoir plus de 60 ans (comme pour l’entrée en EHPAD, une dérogation est possible mais limitée à quelques résidents).

Si un couple souhaite intégrer une résidence autonomie, ses deux membres doivent remplir les critères d’admission.

Dans certains cas, une personne âgée en perte moyenne d’autonomie (GIR 4) peut intégrer une résidence à la condition que celle-ci ait signé une convention avec une maison de retraite médicalisé (EHPAD), et un SSIAD, un SPASAD ou un professionnel de santé.

Comment fonctionne une résidence autonomie ? 

La résidence autonomie se compose de logements privatifs (du studio au T3) et d’espaces communs accessibles à tous les résidents. L’offre de services optionnels comme la restauration, la blanchisserie et l’organisation d’animations la distingue des résidences classiques. 

Leur particularité est de proposer aux personnes âgées un cadre de vie sécurisé (gardiennage, téléassistance, accès sécurisé) tout en permettant une totale indépendance. La personne à la possibilité d’aménager son espace de vie selon ses désirs, en apportant avec elle son mobilier et ses objets de décoration. 

chambre résidence autonomie

En outre, les résidences sont souvent conçues pour prévenir les risques de chutes, et organisent des actions de maintien à l’autonomie en accord avec la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement du 28 décembre 2015.

Ces actions de prévention, précisées dans le décret du 27 mai 2016, sont financées par le Conseil Départemental et portent sur : 

  • l’entretien des capacités motrices (déplacement, équilibre, activité physique, prévention des chutes),
  • le maintien des fonctions cognitives,
  • la prévention à la dénutrition avec des ateliers diététiques, 
  • le développement du lien social, 
  • des ateliers de prévention et conseils santé.

Financer son hébergement en résidence autonomie

Comme pour une location lambda, le coût d’une résidence autonomie comprend le loyer, les charges locatives, les services inclus et une part variable pour les prestations facultatives demandées par la personne âgée. 

Comme elles ont une visée sociale, les résidences autonomies ont souvent un coût très abordable pour les retraités. Cependant, il est possible de faire la demande de différentes aides sociales afin de financer son logement. Parmi ces aides, on retrouve : 

  • l’APA (Allocation Personnalisée à l’Autonomie) à domicile (accessible à GIR 4, donc uniquement au sein des résidences ayant une convention avec une structure de santé),
  • l’APL (Aide Personnalisée au Logement),
  • l’ALS (Allocation de Logement Social),
  • l’ASH (Aide Sociale à l’Hébergement).
Trouvez une résidence autonomie dans votre région
 

 

Plus d'articles