Les unités Alzheimer dans les maisons de retraite

Introduction

Avec plus 1,2 million* de personnes touchées par la maladie d’Alzheimer en France, les EHPAD ne cessent de s’adapter et de proposer des solutions sur mesure. Lorsque le maintien à domicile d’un parent ou un proche âgé atteint de la maladie d’Alzheimer est devenu trop difficile, l’accueil en maison de retraite médicalisée spécialisée doit être une solution adaptée. La majorité des EHPAD est en mesure d’accompagner ces personnes fragiles et dépendantes.

Corps

Définition de la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer, ou les maladies apparentées, est une maladie neuro dégénérative entrainant à une perte progressive de fonctions cognitives (mémoire à long terme, mémoire à court terme, capacités attentionnelles, repères pour s’orienter dans le temps et l’espace, langage, …). Les symptômes de la maladie évoluent avec le temps. Cette évolution est variable d’une personne à l’autre. Souvent incapables de décrire leur souffrance physique ou morale, les personnes atteintes par la maladie auront tendance à exprimer cette souffrance par des modifications de leur comportement.  

Quelles spécificités en EHPAD pour les personnes atteintes d’Alzheimer ou maladies apparentées ?

Les unités protégées Alzheimer

Les unités protégées Alzheimer sont avant tout un espace de vie dans laquelle la personne pourra évoluer librement. Elles ont été conçues architecturalement pour favoriser les déplacements sécurisés notamment par  les “parcours de marche” propice aux déplacements dont ceux appelés « déambulation » avec notamment des zones de repos ou des barres d’appui. Les espaces de vie sont prévus pour réduire l’anxiété, avec des zones repères, des signalisations lumineuses ou des vues importantes sur l’extérieur afin de favoriser la notion du temps et des saisons.

L’unité protégée Alzheimer propose, au-delà des activités proposées dans l’EHPAD, un programme sur-mesure alliant des activités de loisirs et des activités thérapeutiques. Les activités seront adaptées à chacun selon ses besoins, capacités et envies. 

L’accompagnement quotidien dans ces unités répond à l’évolution de la pathologie:

  • comme la difficulté à se nourrir, en proposant une alimentation enrichie en protéines et une stratégie d’accompagnement par le « manger main ».
  • comme l’inversion des cycles du sommeil veille/ sommeil en favorisant des activités diurnes ou en adaptant l’unité en canalisant la déambulation nocturne avec des espaces de lumières amenant vers un espace chaleureux et convivial. 

Le PASA

Le Pôle d’Activités et de Soins Adaptés (PASA) accueille quotidiennement des résidents de l’EHPAD ayant des troubles du comportement notamment liés à Alzheimer selon des critères d’admission très précis.

pasa alzheimer

 

Le pôle propose des activités individuelles ou collectives qui concourent :

  • Au maintien ou à la réhabilitation des capacités fonctionnelles restantes (Par exemple cuisine thérapeutique avec préparation du goûter ou de plat, atelier de jardinage, etc…),
  • Au maintien des capacités cognitives (Pour illustration : stimulation mémoire avec la psychologue, atelier de réminiscence, gymnastique douce, etc…),
  • À la mobilisation des capacités sensorielles (telles que les ateliers de musicothérapie, réminiscence olfactive, ateliers stimulation des 5 sens de type Snoezelen, modelage, etc…),
  • Au maintien du lien social des résidents (animations intergénérationnelles, revue de presse, chorale, …).

Chaque jour, le PASA accueille un groupe de 12 à 14 résidents de l’établissement (selon l’autorisation accordée par l’ARS) qui doivent répondre à des critères d’éligibilité. Cette capacité est définie dans le cahier des charges. Chaque personne concernée de l’EHPAD peut bénéficier d’un à plusieurs jours par semaine d’activités et de soins adaptés. La fréquence de l’accueil est à déterminer dans le projet personnalisé, liée également aux besoins du résident et à son état de santé.

L’UHR

L’Unité d’Hébergement Renforcée est une autre proposition d’accompagnement qui a 3 spécificités : 

  • un hébergement 24/24 nuit et jour, qui propose une prise en soin globale (repas, activités, …) avec du personnel dédié,
  • l’accueil de personnes extérieurs à la structure où se trouve l’UHR (pouvant vivre à domicile ou/et dans d’autres EHPAD),
  • la population accueillie selon des critères d’éligibilité précis notamment sur la présence de troubles du comportement sévères.

Quand envisager l’entrée en EHPAD pour un proche présentant une maladie d’Alzheimer ?

Envisager l’entrée en EHPAD doit être une réflexion construite autour de facteurs, liés autant à la santé qu’au bien être de son proche âgé. Quand un aîné souffre d’Alzheimer, son comportement peut s’en trouver modifié, entrainant une mise en danger pour lui et/ ou ses proches, sans pour autant qu’il s’en aperçoive. Ce sont ces conséquences qui peuvent indiquer que le maintien à domicile n’est plus possible. 

Pour exemple l’atteinte de la mémoire dans le quotidien illustrer en actions telles qu’oublier de couper le gaz, ou laisser de l’eau à bouillir dans une casserole ; ce qui peut entrainer comme conséquence le déclenchement d’un incendie ou pire. Ce besoin de vigilance quotidienne entraine un climat insécure pour la personne et son entourage, entamant leur bien-être

Les EHPAD sont conçus pour justement apaiser les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer, améliorer leurs sentiments de bien-être et donc limiter ces  conséquences. L’avis et l’accord du futur résident doit toujours être demandé voire anticipé pour une adaptation réussie.

Pour pouvoir se projeter dans un espace accueillant, la possibilité de faire des séjours temporaires est une solution pertinente, car elle permet à l’aidant principal de se reposer, afin parfois de maintenir un maintien à domicile dans de meilleures conditions. Les techniques utilisées en EHPAD comme l’activité FLASH, la diversion lors des soins, la récupération espacée peut être apprises en EHPAD lors du séjour temporaire.

Le conseil du corps médical (médecin traitant ou autres structures spécialisées) qui accompagne le malade et ses proches sera là aussi déterminant dans le choix de la solution d’accueil la plus appropriée Il est important de souligner la nécessité pour le proche aidant de se faire accompagner. 

Trouvez une maison de retraite dans votre région
 

L’accueil de jour et le court séjour comme alternatives

LE COURT SÉJOUR
L'accueil temporaire en maison de retraite

Le soutien aux aidants est une préoccupation majeure des équipes Korian. Réussir à accomplir toutes les tâches d’aidant en limitant l’’épuisement est essentiel pour votre propre bien-être et celui de votre proche. 

Quand la situation l’exige envisager l’entrée de votre proche en EHPAD devient la seule option. Pour autant deux alternatives peuvent être proposées : 

  • l’accueil de jour : permet d’associer maintien à domicile et accompagnement en journée dans une unité spécialisée, donnant ainsi du temps libre à l’aidant pour régler les affaires courantes et se reposer pour se ressourcer,
  • le court séjour : entrée en EHPAD pour une durée déterminée (d’une semaine à plusieurs semaines) permettant d’offrir une parenthèse de sérénité sans s’engager de manière permanente. 
accueil jour alzheimer

 

Plus d'articles