Introduction

Évaluer l’autonomie des aînés est essentiel pour choisir une maison de retraite ou un lieu de résidence adapté. En France, l’évaluation de l’autonomie s’effectue à l’aide la grille AGGIR. Basée sur des questions et des observations, l’évaluation diagnostique le degré de dépendance de la personne âgée.

Corps

Définition de la grille AGGIR

La grille AGGIR est un outil composé de questions et d’observations qui définit six degrés de dépendance, appelés Groupes Iso-Ressources (GIR), classés de manière décroissante, que l’on peut découper en trois niveaux. L’évaluation du GIR se fait au domicile par l’équipe médico-sociale du département dans le cadre d’une demande d’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) à domicile. Dans le cas d’une admission dans un Ehpad, c’est une équipe pluridisciplinaire (infirmier, aide-soignant, paramédicaux…) qui, sur validation du médecin coordinateur, réalise cette évaluation.

Les 3 niveaux de dépendance de la grille AGGIR

La dépendance complète : GIR 1 et GIR 2

  • GIR 1 : C’est le niveau de perte d’autonomie le plus important. La personne reste au lit ou en fauteuil, ses fonctions cognitives sont altérées et elle nécessite un accompagnement permanent du personnel soignant,
  • GIR 2 : Ce niveau compte deux situations possibles :
  1. aîné en fauteuil ou au lit mais dont les fonctions cognitives ne sont que légèrement altérées, et que l’on accompagne dans l’accomplissement des Actes de Vie Quotidienne (AVQ),
  2. aîné atteint de troubles cognitifs mais pouvant se déplacer seul.
GIR EHPAD

 

La dépendance moyenne : GIR 3 et GIR 4

  • GIR 3 : dans ce groupe, les personnes ont toutes leurs aptitudes cognitives et se déplacent seules, mais une assistance est nécessaire pour leurs besoins corporels plusieurs fois par jour,
  • GIR 4 : ce groupe concerne les personnes âgées se déplaçant seules mais ayant ponctuellement besoin d’aide pour se lever, se laver et se vêtir.


La dépendance légère : GIR 5 et GIR 6

  • GIR 5 : dans ce groupe, on compte les seniors plutôt autonomes, qui ont besoin d’assistance pour la toilette quotidienne, la préparation des repas et le ménage chez eux,
  • GIR 6 : ces personnes sont complètement indépendantes et autonomes.


Retrouvez le tableau récapitulatif de la grille AGGIR dans notre article dédié pour obtenir le détail de chaque GIR.

L'évaluation du niveau de dépendance

Cette grille AGGIR de six degrés est utilisée par le médecin coordonnateur de l’Ehpad pour adapter l’accueil et la prise en charge.

Le médecin utilise cette grille avec dix-sept variables afin d’établir un diagnostic de dépendance précis

  • les dix variables dites “discriminantes”, 
  • et les sept variables dites “illustratives”.

Les dix variables “discriminantes”

Les dix variables “discriminantes” servent à établir le GIR de votre proche, le médecin les notera en fonction de votre connaissance de la personne âgée et de ses observations lors de la pré-visite d’admission : 

  1. l’orientation dans le temps et l’espace,
  2. la cohérence : converser et se comporter de façon sensée,
  3. l’alimentation : manger des aliments préparés,
  4. la toilette : se laver seul,
  5. l’habillage : s’habiller, se déshabiller, se présenter,
  6. l’élimination : hygiène urinaire et fécale,
  7. la communication à distance (téléphone, sonnette, alarme),
  8. les déplacements et transferts de position (se lever, s’asseoir, se coucher),
  9. les déplacements à l’intérieur : mobilité spontanée avec ou sans appareillage,
  10. les déplacements à l’extérieur : se déplacer à partir de la porte d’entrée sans moyen de transport.

variables discriminantes perte autonomie

Les sept variables “illustratives” 

Les sept variables “illustratives” ne sont pas utilisées pour le calcul du GIR mais renseignent beaucoup l’équipe soignante de la maison de retraite médicalisée quant aux habitudes de votre aîné et l’aide à personnaliser son séjour :

  1. la préparation et le service des repas (seul ou aidé),
  2. le ménage et l’ensemble des travaux ménagers (seul ou aidé),
  3. la capacité de gestion de ses propres affaires, son budget et ses biens,
  4. les modes d’achat : acquisition directe ou par correspondance,
  5. l’utilisation des transports : prendre ou commander un moyen de transport,
  6. le suivi de traitements médicaux conforme à l’ordonnance,
  7. l’occupation de son temps libre (loisirs et goûts).

La note obtenue après l’évaluation

En fonction de vos réponses, de celles de votre proche et des observations faites, les dix sept rubriques sont notées une par une par le médecin coordonnateur, selon la notation suivante : 

  • A = actes accomplis seul totalement et correctement,
  • B = actes partiels,
  • C = actes non réalisés.

Il pourra alors établir le niveau de dépendance exact et adapter l’accueil et l’accompagnement en fonction

Trouvez une maison de retraite dans votre région
 

Plus d'articles